15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 22:41

 

Vladimir Poutine leur dit merci

Par

Ronald Zonca

(Consultant en organisation d’entreprise)

 

Vladimir Poutine

 

Depuis quelques mois, une pression très forte a été exercée sur la Russie pour la faire entrer dans le moule occidental, pour qu’elle adopte une conduite conforme au grand marché mondial et à la financiarisation de son économie.

A y regarder de plus près, chacune des actions visant à déstabiliser soit le pays soit son dirigeant s’est transformée en renforcement.

Les actions de subversion qui ont conduit au Maïdan ne viennent pas du refus de signer l’accord économique avec l’Union européenne par l’ex-président ukrainien. Bien avant cela, le renouvellement par Ianoukovitch du bail de la base de Sébastopol pour une durée de 40 ans faisait s’envoler les espoirs de l’OTAN de contrôler la mer Noire. Seul un coup d’État pouvait permettre d’expulser la Russie. Mais, au final, celle-ci a troqué le bail commercial d’une base militaire pour la souveraineté sur un territoire : la Crimée.

Puis vint le tour des sanctions économiques. Pour la Russie, ce fut surtout le moyen de mettre en œuvre ce à quoi aspirent toutes les nations souveraines : l’indépendance économique. Bien sûr, le chemin est long et difficile mais, sans le choc causé par les sanctions occidentales, il était inenvisageable.

 

Xi Jinping & Vladimir Poutine (Cérémonies du 9 mai à Moscou)

 

Au niveau financier, les attaques sur le rouble ont eu pour conséquence la chute de la Bourse de Moscou, les investisseurs occidentaux en pleine panique vendant et faisant, de ce fait, baisser le cours des actions. Quel bonheur ce fut pour les sociétés russes et l’État de pouvoir reprendre le contrôle de sociétés stratégiques pour des coûts moindres.

L’isolement de la Russie déclaré par l’Ouest n’a pas tenu compte de la géographie. La Russie s’étend sur 11 fuseaux horaires. En fermant les portes de l’Ouest, les Occidentaux ont ouvert les portes de l’Est (Chine) et du Sud (Inde). Le chemin de la coopération parcouru en un an par ces pays est colossal. Il touche l’économie, la sécurité et la finance. L’Ouest est passé d’une potentialité de partenaire à celle de menace, voire d’adversaire.

Certains chefs d’État ont boudé le défilé commémoratif. Ceci a eu une portée qui va bien plus loin qu’une insulte à Vladimir Poutine. La marche du Régiment immortel a montré que le peuple russe était désormais derrière son Président. Les patriotes de 1941 n’étaient pas tous admirateurs de Staline mais d’abord défenseurs de la Russie. Les gamineries des chefs d’État occidentaux ont simplement permis à Vladimir Poutine d’incarner la Russie et ceci lui permettra de demander au peuple russe tous les sacrifices exigés pour leur nation.

A nos brillants stratèges, je conseille de réfléchir à ce vieil adage : « Les Russes sont lents à se mettre en selle mais ils galopent vite et longtemps… » Visiblement, nos stratèges ont mis les Russes en selle, ils sont en train de constater leur vitesse. Il leur reste à deviner jusqu’où ils iront.

Grâce à eux, Vladimir Poutine est devenu le chef incontesté d’un peuple uni dans ses valeurs traditionnelles. C’est pourquoi Vladimir Poutine leur dit merci.

Published by Willow - dans Divers
commenter cet article

commentaires