16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 19:52

 

Cela a le mérite d’être dit

Ou

Difficilement contestable

 

Nous savons tous que durant ces dernières années, il n’était point besoin de débattre avec un opposant au système en place pour le décrédibiliser. Il suffisait, comme le dit si bien Michel Onfray, de le diaboliser ou tout simplement de l’ignorer. Ce qui ne passe pas à la télévision n’existe pas, c’est bien connu. Cependant, un tel comportement, à force d’être systématique, est devenu à bien des égards, aux yeux de nombreux français, affreusement suspect.

C’est ainsi que l’on a pu  voir de nombreuses personnes se tourner vers internet. Bien entendu la diabolisation continue, mais en coulisse on s’agite et l’on tente de contrer ce phénomène par des méthodes dignes d’un pays totalitaire : Intimidations, procès, mensonges journalistiques etc…

De tels procédés ont eu raison de bien des dissidents. Cependant, comme le disait Nietzsche dans « Crépuscule des idoles », ce qui ne me tue pas me rend plus fort. Ainsi on peut voir, que loin d’être étouffées, certaines voix rencontrent un écho de plus en plus favorable auprès du public. 

 

Thierry Vincent & Alain Soral

 

La nouvelle arme utilisée par nos médias : l’interview malveillante. Le dernier exemple en date, l’interview de Monsieur Alain Soral par une journaliste d’Arte. J’ai pu le constater par moi-même, en comparant le reportage passé à la télévision et l’intégralité de l’interview filmée par un caméraman d’Egalité & Réconciliation. Cela relevait en tous points à de la propagande.

Mercredi dernier, « Envoyé spécial » avait pour sujet « Est-il dangereux de porter une kippa en France ? ». Honnêtement, je m’attendais à ce que cela soit confirmé. Non pas que j’abonde dans ce sens, bien au contraire, mais parce que chaque jour tout est fait pour nous le faire croire. Sans nier qu’il puisse exister en certaine occasion, le reportage de Thierry Vincent montrait qu’au quotidien l’antisémitisme n’était pas une réalité palpable. Cependant, afin de ne pas se discréditer tout à fait aux yeux du lobby tout puissant que l’on ne peut nommer, le journaliste a réalisé une interview du diable fait homme, à savoir Alain Soral en personne. A mon grand étonnement, pas de trace de cette interview dans le reportage, mais à la place la vue de quelques commentaires antisémites recueillis ici ou là sur internet. Pas très satisfaisant j’en conviens.

Que c’était-il passé ? L’antisémite « notoire » se serait-il dégonflé devant les arguments acérés de notre pourfendeur bienveillant ? 

 

À vous de comprendre pourquoi !

Published by Willow - dans Divers
commenter cet article

commentaires

les caphys 17/10/2015 12:47

vu hier soir (sur Arte peut-être) un autre reportage complètement à contre pied de celui d'envoyé spécial. Le gus s'est balladé y compris dans des cités dites "sensibles" et n'a rencontré aucun problème bien au contraire

Willow 17/10/2015 14:07

Nous parlons sans doute du même reportage (France 2), car ce que je dis dans mon article c’est qu’au quotidien l’antisémitisme n’a aucune réalité palpable. Le journaliste ne rencontre aucune hostilité, bien au contraire comme tu le précises. C‘est pourquoi il était prévu une interview d’Alain Soral, celui que nos médias décrivent comme un cerveau malade, un antisémite forcené, pour atténuer ce constat. Le problème c’est que l’interview, contre filmée pour éviter les manipulations, n’abonde pas dans ce sens et, si tu regardes jusqu’au bout, tu verras que loin d’être un illuminé haineux, il s’avère être plutôt un homme de bon sens. Donc l’interview n’a pas été diffusée et a été remplacée par des commentaires antisémites postés sur internet par on ne sait qui. Ce que j’ai trouvé plutôt léger comme arguments. Merci encore une fois pour ton intervention et pour l’intérêt que tu portes à mes articles. ;O))