11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 19:24

 

Lucidité et crétinerie

Ou

Chancelier et faux sceptique 

 

André Glucksmann et Helmut Schmidt sont mort ce mardi 10 novembre. Point besoin de s’étendre sur la stature hors du commun du premier. Il demeurera sans doute dans la mémoire collective comme le plus illustre comique troupier que le génie humain ait engendré. Titre, que seul, son ami Bernard-Henri Lévy lui contestera en permanence. Oublions donc cet énergumène insignifiant.

Concernant Helmut Schmidt, il en va tout autrement. L’intérêt ici n’étant pas de mettre en avant les bienfaits ou non de la politique qu’il a menée, je laisse cela aux allemands, qui sont plus à même que moi d’en juger, mais plutôt de rapporter certaines citations du chancelier en totale contradiction avec la doxa culturelle si chère à nos journalistes mainstreams et à notre feu tourlourou.

Qu’il est donc agréable de voir nos potiches se répandre en de longs éloges dithyrambiques pour un homme qui les estimait si peu. Helmut Schmidt, dit-on, était un amateur du parler vrai, tout sauf politiquement correct. En gros, tout ce qu’ils ne seront jamais.

 

 

Dans Hamburger Abendblatt, 2004

« Le concept « Multikulti » n’est pas compatible avec une société démocratique. Peut-être à longue échéance. Cependant, si l’on se pose la question de savoir où ont fonctionné pacifiquement des sociétés multiculturelles, on arrive très vite au résultat que cela existe là où il y a un État fort. Cela dit, c’était une erreur de notre part d’avoir fait venir, dans les années 60, une main d’œuvre en provenance d’autres cultures. »

Dans Die Zeit, 2004

« La société multiculturelle est une illusion pour intellectuels. »

Dans Frankfurter Rundschau, 1992

« Je trouve cette représentation aberrante, qu’une société moderne devrait être en mesure de s’établir comme société multiculturelle, avec si possible un grand nombre de groupes culturels. On ne peut tout de même pas réduire l’Allemagne millénaire, depuis Otto Premier, à une casserole d’émail. »

En conversation avec la station Phoenix, 2006

« Si nous continuons ainsi, je vois noir pour notre patrie. »

À Zeit Magazin, 2010

« Si l’on y regarde de plus près, on voit bien que les journalistes politiques appartiennent plus à la classe politique et moins au journalisme. »

 

 

Une citation selon le gouvernement fédéral :

« Les politiques et les journalistes partagent ensemble ce triste destin, de parler aujourd’hui de choses qu’ils ne comprendront complètement que demain. »

Au magazine Focus, 2009

« Si nous devons nous mêler de tout, partout où il y a une criante injustice, alors, nous risquons une troisième guerre mondiale. »

Citation selon Die Zeit

« Je partage l’humanité en trois catégories : la première, nous, les gens normaux, qui ont un jour, dans leur jeunesse piqué une pomme ; la seconde possède une petite veine criminelle et la troisième consiste en banquiers d’investissement… »

Citation au Deutschlandfunk

« La crédibilité des politiques n’a jamais été aussi diminuée qu’aujourd’hui. Cela ne vient pas d’une société scotchée devant sa télé. Les politiques ne parlent que de choses superficielles dans les talk-shows, car ils estiment que le plus important est que l’on se souvienne de leurs visages. »

À l’agence de presse Allemande DPA, 1994

« La classe politique actuelle en Allemagne s’illustre par un carriérisme échevelé, de se penser importante et à une espèce de lubricité à vouloir paraître à tous prix dans les talk-shows. » 

Published by Willow - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Géhèm 12/11/2015 11:16

Le petit chat est mort aussi, on me dit. ;o)

Willow 12/11/2015 18:29

Arrête un peu avec les colles des femmes ... et alors, comme l'écrivait Rudyard Kipling " Tu seras un homme mon fils " ;O))