29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 17:15

 

« On nous prend vraiment pour des cons »

 

Il y a des jours où l’on est amené à se demander s’il ne serait pas nécessaire de créer une nouvelle rubrique intitulée « On nous prend vraiment pour des cons ».

Il suffirait d’ouvrir chaque matin nos journaux nationaux ou d’écouter nos éditorialistes radiophoniques ou télévisuels pour alimenter notre petit feuilleton sans le moindre effort.

Personne ne peut ignorer que depuis le 25 mai au soir, nous sommes entrés dans les heures les plus sombres de notre histoire. 25% des Français, se sentant suffisamment concernés par la question européenne pour aller voter, ont plébiscité le parti honni, la bête immonde, le FN. Aucune de nos élites politiques ou du spectacle n’a manqué de nous le rappeler.  

Cependant, il suffisait d’écouter les discours contrits de nos politiques pour comprendre qu’encore une fois ils n’avaient rien compris au désaveu de nos concitoyens. Comme à chaque fois, pour tenter de dissimuler leur incompétence devenue notoire aux yeux du peuple, ils nous ont resservi le couplet de la diabolisation. Oubliant qu’aujourd’hui, leur triste litanie, relayée par les médias n’a plus aucun effet. Ce matin encore, utilisant la naïveté de notre jeunesse, la presse à la solde des lobbys européistes et transatlantistes a mis en avant et fait du combat organisé par Lucas, jeune lycéen en terminale à Marseille, une marche citoyenne contre le FN.

 

Moutons de Panurge

Moutons de Panurge

L’intitulé de leur marche est révélateur : dire qu’une marche est « citoyenne », c’est considérer que l’initiative est un élément de démocratie directe, en voulant lui attribuer la même légitimité que le vote. L’usage du mot « citoyen » est, de nos jours, utilisé à toutes les sauces de façon partisane, pour tenter de donner une légitimité à des actions qui ne le sont pas forcément. Le FN est un parti légal, qui a été choisi par 25 % des Français qui sont allés voter, action qui relève d’une vraie démarche citoyenne par la participation à la vie collective via les urnes. Ainsi, manifester en réaction d’un vote en se targuant d’une démarche citoyenne est une incohérence face aux valeurs que l’on prétend, avec facilité, défendre.

Depuis quelques jours il est aussi question, dans certains journaux télévisés, de s’interroger sur le bienfondé d’une interdiction de fumer en voiture en présence d’un enfant. Le procédé est bien connu, interrogation sociétale pour enfumer, si j’ose dire, une faillite sociale. Nous savons que nous y viendrons tôt ou tard. Non pas parce qu’il en va de la santé de nos enfants, mais tout simplement parce que comme nous le fait sagement remarquer Jean-Pierre Pernaut, cette interdiction existe déjà au Canada et aux Etats-Unis.

Chacun y va donc de sa proposition liberticide et le fait savoir à grands coups d’éditos, plus ou moins réprobateurs, passant en boucle dans tous les journaux télévisés. Je n’ai rien contre ce genre d’interrogation, mais j’aimerai que les défenseurs autoproclamés des convenances se montrent un peu plus présents lorsqu’il s’agit de véritables atteintes à l’intégrité physique et morale de nos enfants.

 

Pédophilie légale

Pédophilie légalisée ?

En effet, comme par je ne sais quel mutisme soudain nos donneurs de leçons en matière d’éducation n’éprouvent pas le besoin de rapporter au grand jour une des conséquences perverses de la loi Taubira sur la contrainte pénale. Cela mériterait à mon humble avis d’être porté à la connaissance de chacun.

Voilà ce que nous explique le rapporteur de la loi, le député PS Dominique Raimbourg (fils du regretté Bourvil, paix à son âme) : « Les attouchements dans le cadre familial ne justifieraient plus la prison » parce qu’« il y a des infractions sexuelles qui ne signalent pas un ancrage dans une délinquance particulière ». Des femmes sexuellement agressées la nuit, c’est grave, dit-il.

Mais alors que faut-il penser ? Que le viol de l’intimité d’une petite fille ou d’un petit garçon de sa famille, c’est… un non-événement ?

Décidemment, on ne nous épargnera vraiment rien.

Published by Willow - dans Divers
commenter cet article

commentaires