18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 00:31

 

Un dernier verre avant la guerre

De

Dennis Lehane

 

Dennis Lehane - Un dernier verre avant la guerre 03

 

Traduit par Mona de Pracontal (Payot & Rivages) 2001

 

Dennis Lehane - Un dernier verre avant la guerre 01

 

Depuis le temps que j’entendais parler de Patrick et d’Angela, il était temps que je m’occupe sérieusement de leur cas. Pour certains c’était couru d’avance, pas moyen d’y échapper. Pour d’autres le jeu en valait la chandelle mais, c’était au risque de ne plus les lâcher d’un pas.

Assis dans mon fauteuil, je songeais à Derek Strange et Terry Quinn et à la façon dont ils m’avaient harponné autrefois. Ils en connaissaient un rayon ces deux-là et, si le Boston de Lehane se montrait aussi noir que le Washington de Pelecanos à coup sûr le voyage ne serait pas de tout repos.

Lorsqu’on débarque dans la vie de nos héros, attachants et drôles tout n’est pourtant pas si simple et on s’aperçoit très vite que nos personnages sont à l’image du décor qui les entoure : sans concession. Les apparences, malgré les apparats, sont trompeuses et, si le beffroi de l’église est dépourvu de cloche, rien pourtant n’empêchera qu’on y sonne le glas de bien des illusions.

Amis d’enfance, notre duo de détectives s’apprête à faire ce pour quoi on le paie. Ni plus ni moins. Une enquête comme ils en ont menées, à de nombreuses reprises : retrouver une femme de ménage noire qui a disparu en emportant des documents confidentiels. Cependant ce que Patrick et Angela ne s’attendaient pas à découvrir c’est une poudrière sur le point d’exploser. Chez Dennis Lehane, comme chez George Pelecanos ou Michael Connelly, la vérité est toujours ailleurs. Sous l’apparence d’une intrigue bien ficelée c’est un véritable témoignage social dont il s’agit. Ne vous y trompez pas, tout cinématographique qu’il parait, ce roman se joue du politiquement correct et dévoile au grand jour les chaos sibyllins engendrés pas nos sociétés libérales.

Pas besoin de vous dire que ce dernier verre avant la guerre est de ceux qui donnent envie de finir la bouteille. L’ivresse des dialogues et la truculence de certains personnages, vous apprendrez à connaitre Bubba, vous entraineront inévitablement à plonger le nez dans les missions suivantes de Kenzie et Gennaro.  

 

Dennis Lehane - Un dernier verre avant la guerre 02

Published by Willow - dans Romans & BD
commenter cet article

commentaires

dacaiod 18/07/2014 21:35


fichtre !! quand j'ai lu ton com, je n'en revenais pas ... si_ je n'étais pas déjà assise, je serais tombée .... et pour tuer dans l'oeuf toute tentative d'ironie amicale de ta part (je te
connais), je t'annonce d'ores et déjà que question amortisseurs, j'ai ce qu'il faut !! lol mdr


Inconnus au bataillon, tes détectives ... mais ma foi, je ne refuse jamais la lecture d'un bon livre ...


En ce moment, je lis avec délice le livre "voyageur" de la blogosphère (unee initiative qui prouve bien que sur les blogs, on ne trouve pas que des c....)  "ne tirez pas sur l'oiseau
moqueur" de Harper Lee , à mon sens, l'un des plus beaux livres jamais écrits ...


bonne soirée et gros bisous

Willow 19/07/2014 15:57



Coucou Zébulon, loin de moi l’idée de vouloir tester la qualité de tes amortisseurs, quoi
qu’une telle perspective m’amuse beaucoup. Quelle est donc cette initiative dont tu me parles et qui mériterait que l’on s’y attarde ? 



Sandrine 18/07/2014 19:09


Bonjour,


c'est le premier de la série celui-là, et pour l'instant le seul que j'ai lu. J'aime beaucoup Lehane par ailleurs, il n'y a pour moi quasiment rien au-dessus de Shutter Island...

Willow 19/07/2014 15:48



Coucou Sandrine, tu as sans doute raison pour « Shutter Island », mais reconnait que
ce n’est peut-être pas le plus facile pour aborder Dennis Lehane. 



Pierre FAVEROLLE 18/07/2014 18:37


Coucou, me voilà ! Tu devrais écrire plus souvent des avis. Au passage je me suis inscrit sur la newsletter, elle manquait à ma liste, la tienne. Pour Dennis Lehane et son duo de détective, je ne
peux que te conseiller de les lire dans l'ordre ... et d'éviter le dernier (Moon machin). Lehane est un très grand mais il se laisse aller à la facilité parfois. A bientôt

Willow 19/07/2014 15:46



Hello Pierre, merci pour l’encouragement à récidiver. J’ai déjà sous le coude les deux suivants
de la série. Les lecteurs sont de plus en plus exigeants avec les auteurs qu’ils apprécient et c’est plutôt un bien pour le polar. Comme dit le proverbe, qui aime bien, châtie
bien.