18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 20:54

 

Les 500 de Matthew Quirk

 

Les 500 - Matthew Quirk - 01

 

Traduit par Hubert Tézenas (Le cherche midi) 2012

 

     Dans l’œuvre romanesque de George P. Pelecanos, la ville de Washington nous apparait comme un personnage à part entière qui vibre et respire au rythme de ses petites gens. Avec les 500, Matthew Quirk déchire le rideau du Washington officiel et nous fait découvrir la ville où siègent les élus. En d’autres termes la ville des puissants, faite de jeux de pouvoir et de sphères d’influence. L’auteur, dont c’est le premier roman, nous annonce la couleur d’entrée de jeu, ce qui va suivre n’a rien d’une sinécure. Vu la situation du héros à l’instant précis où débute la fiction, nous voulons bien le croire. Mais, au risque de vous dévoiler le pot aux roses, je préfère laisser l’éditeur vous mettre au parfum.

 

Les 500 - Matthew Quirk - 02

 

     Mike Ford est un jeune étudiant en droit à Harvard. Lors d’un séminaire, il fait la connaissance du professeur Davies, figure légendaire de Washington DC. Après avoir collaboré avec les présidents Johnson et Nixon, celui-ci a fondé sa propre société de lobbying, le Davis Group, qui bénéficie dans le monde politique et les milieux d’affaires du réseau d’influence le plus important de la ville. En font partie ceux que l’on appelle communément « les 500 », les cinq cents hommes les plus puissants de Washington. Davies, séduit par le talent naissant du jeune homme, lui propose de rejoindre sa société. Endetté, Mike, dont le père, un brillant escroc, végète en prison, ne peut refuser cette offre inespérée. 

      Au fil des mois, il s’initie  aux arcanes de la politique américaine et apprend les codes et les lois impitoyables qui régissent le lobbying. Mais bientôt, il découvre aussi la face sombre du Davies Group et se demande s’il n’a pas vendu son âme au diable. Lorsqu’il comprend que son recrutement ne doit rien au hasard  mais qu’il est lié à une raison beaucoup plus secrète et personnelle, une redoutable partie d’échecs commence. Seul face au groupe, face à Davies, Mike va devoir maîtriser, comme son père par le passé, l’art subtil de la manipulation, et se montrer le plus malin afin de battre son mentor à son propre jeu.

 

Les 500 - Matthew Quirk - 03

 

    Aux Etats-Unis le lobbying est élevé au rang d’institution. Protégé par la loi, il est admis comme faisant partie intégrante de la liberté d’expression. Bien entendu il est soumis à des règles bien précises qui, si elles ne sont pas suivies, peuvent conduire à des sanctions pouvant aller jusqu’à  la prison. C’est donc dans cet univers pouvant se révéler impitoyable qu’évoluent nos personnages.

 

La barre Halligan

La barre Halligan

 

     Au premier abord, le thème n’a rien de bien original. Un thriller bien ficelé dont le cinéma américain sait si bien s’emparer. Cependant, le choix délibéré de l’auteur de nous faire vivre cette partie de poker menteur à travers le regard et les pensées de notre jeune héros, nous captive d’entrée de jeu. Ses hésitations et ses maladresses nous le rendent sympathique et font de ce garçon à l’avenir prometteur, bien qu’incertain, un personnage auquel on s’identifie aisément. L’expression anglaise qui dit « Ne jugez pas un livre à sa couverture » s’applique ici doublement. Au premier degré bien sûr, mais aussi pour ces protagonistes. L’honnêteté ne se situe pas toujours là où l’on s’attend à la trouver. Coincé entre un passé de non-dits et un avenir flamboyant, Mike Ford vit un présent agité. Le bien, le mal, le sens que l’on veut donner à sa vie, l’idée que chaque homme à un prix sont les moteurs de l’intrigue.

     Matthew quirk a vraiment le sens du rythme et le savoir faire pour scotcher son lecteur. La lecture de son premier roman est réellement captivante. Toutefois, j'emettrais un petit regret. Le dénouement de l’histoire n’est pas, à mon avis, aussi surprenant que l’on pouvait l’espérer. Un bon thriller à lire pour les amateurs du genre. 

Published by Willow - dans Romans & BD
commenter cet article

commentaires

saly 23/01/2013 22:15


a ta santé     http://thebeerlantern.overblog.com/ 


 

DACAIO 21/01/2013 23:25


zébulon n'est pas si mauvaise, va ... bébé éléphant a eu droit à une pomme .. eh ouiiiii !!! hihihihihi pour avoir posé pour la photo !!!


bisous bon mardi

DACAIO 21/01/2013 21:54


hummmmmm  je ne suis pas trop amatrice du genre mais tu en parles si bien que çà vaut peut-être la peine que je prennes sur mes heures dèjà brêves de sommeil .... qui sait, j'y trouverai
peut-être la recette pour être la 501e ???


pour mon voyage en thailande, voyons, beau masque, c'est écrit .. thailande 2012 !!!! voilà pour l'année ... pour la saison, et ben, c'était en Novembre dernier !!!


pour draguer les nordiques (méfie, amie Saly) je te conseille plutôt un beau yacht blanc .... trop spartiate, le "long tail" !!! MDR LOL


bisous et bonne soirée



francine 21/01/2013 20:10


bonsoir, voilà un livre qui me semble intéressant, je note, vu tout ce que je bouqine par mois! bonne soirée bisous

Florentin 21/01/2013 16:08


Le genre de truc que j'aime bien lire. Je suis fasciné par la lutte du bien contre le mal. Intrigué par la manière utilisée par les uns et les autres pour arriver à leurs fins. Je prends
note. Tu m'avais demandé de te donner mon avis sur un bouquin que je lisais et qui avait pour cadre la crise américaine de 1929, "Des fauves et les hommes" de¨Patrick Graham. Là encore, c'est a
lutte du bien contre le mal. Le bien gagne, mais pas par KO, seulement aux points. Le livre est évidemment documentaire, mais c'est avant tout un thriller, le road movie sanglant d'un Noir (une
espèce de Rambo), flanqué d'une jeune ado blanche, tous deux initialement victimes de violence policères. J'ai aimé, mais il y a, c'est évident, mélange des genres. A plus. Florentin.

saly 18/01/2013 23:33


very good!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!one more time you'r the best