17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 19:37

 

Billy Paul - Me and Mrs. Jones

1972

Cary Gilbert - Kenny Gamble - Leon Huff

 

Billy Paul - 1972 - Me and Mrs. Jones - Cover

 

          Certaines chansons s’imposent d’elles-mêmes.  Elles pénètrent en vous et jamais ne vous quittent. Elles gravent de façon indélébile l’espace et le temps dans nos mémoires. Pour moi c’était le petit matin, l’esprit encore engourdi par le sommeil, je me laissais bercer par une chanson qui tournait en boucle sur la platine. Mon frangin, à peine rentré à la maison, semblait vouloir prolonger la magie de sa soirée en écoutant Billy Paul nous parler de sa relation avec Mrs. Jones. Il n’a sans doute pas été le seul à profiter du charme d’un tel slow croyez moi. Ce classique de la soul, maintes fois repris, est devenu un standard intemporel. De Johnny Mathis à Michael Bublé en passant Coolio tout le monde nous en offre sa version.

          A l’origine de cette chanson il y a l’histoire que nous raconte Kenny Gamble, l’un des auteurs avec Leon Huff. Chaque jour, dans  un petit bar où ils ont leurs habitudes, situé au pied du Schubert Building, il y avait un type. A peine était-il arrivé, qu’une nana se pointait. Ils étaient assis à la même table, puis comme dans un rituel ils allaient au jukebox pour y passer les mêmes chansons. Ensuite chacun partait dans sa direction. L’imagination vagabonde des auteurs fit le reste. « Me and Mrs. Jones » étaient née. L’histoire d’un couple illégitime qui se cache et s’aime en secret. Ils vivent l’instant en se tenant la main, bâtissant des projets en écoutant leurs chansons favorites. Mais la réalité est parfois cruelle. La séparation le fait horriblement souffrir, mais bon, il sait qu’elle sera là demain.

          L’histoire pourrait s’arrêter là. Mais voilà les apparences sont parfois trompeuses. Beaucoup s’interrogent sur le sens réel des paroles de la chanson. Si l’on considère que dans l’argot américain « Jones » est un terme souvent employé par les toxicomanes pour exprimer le manque ou la dépendance à l’héroïne, une nouvelle hypothèse de lecture s’offre à nous. Billy Paul ne nous chanterait pas ses rendez-vous secrets et quotidiens avec une maîtresse, mais le combat contre son addiction à l’héroïne. L’analyse de certaines phrases de la chanson soutiendrait cette théorie. L’illusion que procure ces rendez-vous quotidiens, se protéger des espoirs trop élevés (allusion à l’overdose) et enfin la douleur ressentie par le manque.

          Qui donc est cette Mrs. Jones ? Qu’importe au fond. La réponse, c’est en vous que vous la trouverez. Toutefois si l’occasion vous est donnée de croiser Billy Paul, posez lui la question.


Billy Paul


Repost 0
Published by Willow - dans Juke-Box
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 14:32

 

Elvis Presley - Heartbreak hotel

1956

Mae Boren Axton & Tommy Durden

 

Elvis Presley - 1956 - Heartbreak hotel - Cover

 

                Pour inaugurer cette rubrique, j’ai voulu rendre hommage à l’un des personnages les plus emblématiques du XXème siècle. Plus qu’un chanteur à la voix merveilleusement évocatrice, il demeurera dans l’histoire de la musique contemporaine, comme l’un des artistes ayant eu le plus d’influence sur la culture musicale mondiale. Pour beaucoup d’entre nous, il sera à l’origine de notre intérêt pour le rock & roll et pour tous les phénomènes engendrés par cette musique inspirée du rhythm & blues.

                En appuyant sur les touches de mon juke-box, c’est donc à Elvis Presley que j’ai songé tout naturellement. « Heartbreak hotel » compte parmi les tout premiers 45 tours que j’ai eu entre les mains. Petit cadeaux de ma frangine si mes souvenirs sont bons. Cette chanson, écrite par Mae Boren Axton et Tommy Durden, figurait sur la petite galette de vinyle noir accompagnée de trois autres morceaux: « I was the one », « Money honey » et « I forget to remembet to forget ».

                Selon la légende, c’est un fait divers relaté dans le Miami Herald qui inspira nos auteurs. Le client d’un hôtel s’était donné la mort en laissant derrière lui un petit mot disant « I walk a lonely street ». Un homme seul, une rue déserte et tout au bout un hôtel où une vie s’achève. Tous les ingrédients qui feront d’ « Heartbreak Hotel » un monument dans le panthéon du rock & roll. 

                Enregistrée  le 10 janvier 1956 aux studios  RCA de Nashville, avec Elvis Presley au chant et à la guitare rythmique, Bill Black à la contrebasse, Scotty Moore à la guitare et D.J. Fontana et Floyd Cramer respectivement à la batterie et au piano, cette chanson permettra au King d’obtenir son premier disque d’or.  En 2003, elle sera classée 45ème plus grande chanson de tous les temps par le magazine Rolling Stone.

 

Elvis Presley - 1956 - Heartbreak hotel - Disque 


Repost 0
Published by Willow - dans Juke-Box
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 23:10

 

Les petits trésors d'hier et d'aujourd'hui

Bienvenue dans le jukebox des souvenirs

 

Juke-Box-02

Repost 0
Published by Willow - dans Juke-Box
commenter cet article