10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 18:02

 

Le général félon

Ou

Le micmac de Cambournac

(Me Frédéric Pichon)

 

Général Piquemal - Général Dary - Général Cambournac

 

Mon Général,

J’ai servi dans votre unité le 17e RGP dont vous étiez chef de corps en 1994-95 comme sergent. J’ai été médaillé de la défense nationale et félicité par vos soins. Je suis le principal auteur du chant du régiment. Je suis fils, petit-fils, arrière-petit-fils de militaire. Je tiens à réagir à vos propos vous désolidarisant de votre camarade le général Piquemal.

Je suis actuellement avocat depuis 17 ans et constate un recul drastique des libertés publiques et de la liberté d’expression concernant les idées patriotiques, et une soumission de plus en plus incroyable des juges.

Le rôle d’un militaire est de défendre la patrie contre l’étranger : il n’est pas de servir de sous-fifre au pouvoir politique en place, quel qu’il soit ; auquel cas, le lien armée-nation serait définitivement rompu.

Comme l’a indiqué le général Dary, ancien chef d’armée, c’est bien l’armée qui était visée et ciblée à travers cette arrestation arbitraire. Cela ne vous choque donc pas qu’un homme qui a servi la patrie avec amour et dévouement soit traité comme un malfrat par des policiers en civil recrutés parmi des syndicats de gauche pour leur servilité ? Qu’il ait passé 48 heures en garde à vue dans une cellule pouilleuse, que le procureur de la République ait fait obstruction à son avocat désigné pour aller le visiter avec une agressivité incroyable ? Que, compte tenu de ces conditions, il ait fait un malaise ?

 

Arrestation du Général Piquemal

 

La loyauté est une vertu, mais l’obéissance servile est un acte de lâcheté, surtout lorsqu’elle se retourne contre les citoyens de votre propre pays. Vous connaissez certainement la théorie des baïonnettes intelligentes. C’est au nom de ce principe que le général de Gaulle est entré en résistance, refusant de suivre les rangs de la collaboration d’une Chambre constituée, en grande majorité, de députés du Front populaire, pourtant issue des élections.

Sans doute pressé par des autorités de plus en plus déterminées à faire taire la grande muette  où, faut-il le rappeler, 50 % des effectifs votent aujourd’hui pour le Front national, c’est-à-dire bien au-delà de la moyenne nationale, vous avez cru bon devoir prendre vos distances avec votre camarade Piquemal et prédécesseur au sein de l’UNP (Union nationale des parachutistes).

C’est dans ce même esprit, semble-t-il, que vous avez voulu faire taire les voix discordantes qui s’élevaient lorsqu’il était question que l’armée algérienne descende sur les Champs-Élysées.

Sachez, mon Général, malgré tout le respect que m’inspire votre passé, que pour moi il y a deux catégories de personnes : les combattants et les esclaves. Il n’y a pas d’ancien combattant. Un militaire qui obéit servilement aux ordres d’un pouvoir qui détruit chaque jour la France ne mérite pas le respect. Je vous demande humblement d’y réfléchir.

Que vaudra une Légion d’honneur, pour laquelle beaucoup de vos collègues avalent toutes les couleuvres de la terre, lorsque demain nos femmes seront violées comme à Cologne et que les églises auront été remplacées par les minarets ? Un bout de tissu rongé par les vers de la soumission et le regret de ne pas avoir répondu à l’appel de servir la patrie en acte et en vérité.

 

Le quotidien à Calais

Published by Willow - dans Divers
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 16:42

 

Une idylle sibérienne

Ou

Le casse-croûte ajourné 

 

 

Il était une fois un tigre peureux qui devint copain avec un bouc audacieux. Une histoire d’amitié impossible ? Pas en Russie !

Selon le programme d’élevage en captivité du parc safari du kraï du Primorié, en Extrême-Orient russe, les tigres de l’Amour chassent deux fois par semaine des proies vivantes, généralement des chèvres et des lapins. Mais, voici qu’un matin, Amour, un jeune tigre, n’a pas eu envie de dévorer le bouc qui devait lui servir de déjeuner et a préféré le laisser vagabonder à ses côtés. « Amour sait pourtant chasser et a dévoré en trois ans beaucoup de lapins et de chèvres », indique un communiqué sur le site du parc safari.

Audacieux, le bouc, à qui personne n’avait appris à se méfier des tigres, s’est tout naturellement installé dans l’abri d’Amour. Baptisé Timour par les employés du parc, il dort depuis le 22 novembre à la place du tigre, condamné à dormir sur le toit de son propre abri.

 

 

Amour et Timour passent désormais leurs journées ensemble et se promènent côte à côte dans le même enclos. Les employés du parc nourrissent tous les jours le tigre avec de la viande, du saumon et des lapins, ainsi que le bouc avec du foin et du blé. « Amour ne voit pas Timour comme une proie et tente de l’ignorer », concluent les employés du parc safari dans le communiqué.

Seule note discordante dans cette union parfaite, le tigre est fiancé et dans les jours qui viennent, une belle tigresse Oussouri, viendra aménager leur nid familial. Est-ce la fin de l'amitié ou bien le début d'un ménage à trois?

Le tigre de l'Amour est une espèce en voie de disparition. Selon les résultats préliminaires d'un recensement des tigres réalisé en 2015 par le Fonds mondial pour la nature (WWF), il reste environ 540 félins à l'état sauvage en Russie, le seul pays du monde où le nombre de tigres était en hausse dans la seconde moitié du XXe siècle et reste stable depuis ces dix dernières années.

 

Published by Willow - dans Divers
commenter cet article
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 18:28

 

Au pays d’Ubu

Ou

Les joies de la démocratie

(Azim – Bluj - Stoll – Teddijo - Geek)

 

 

(Azim)

 

(Bluj)

 

(Bluj)

 

(Bluj)

 

(Stoll)

 

(Teddijo)

 

((Geek)

 

Voir aussi

Published by Willow - dans Divers
commenter cet article